[Laponie finlandaise] Voyage au bout du monde

J’exagère à peine ! Car en Laponie, on se sent comme au bout du monde. 😉 J’ai découvert 4 villes de Finlande : HelsinkiRanuaRovaniemi et Saariselkä. Non, je ne suis pas enrhumée… Un peu de respect pour les Finlandais…

Mon voyage a commencé à Helsinki (non, en vrai, la veille au soir à Bergen, dans le train de nuit pour Oslo, puis dans l’avion pour Helsinki mais ça revient au même, donc Helsinki pour faire court), où je suis partie en car de nuit avec l’association ESN (Erasmus Student Network) de Bergen. On a roulé toute la nuit jusqu’au petit matin pour arriver à Ranua à 9h (juste au sud de Rovaniemi). Au programme, petit déjeuner et visite du parc zoologique de la ville. Attention information inutile : c’est le parc zoologique le plus septentrional de Finlande. 😉

C’est à peu près tout ce qu’il y a à voir à Ranua, nous avons donc repris la route pour Rovaniemi. Avez-vous entendu parler de cet endroit ? Il s’agit du début du cercle arctique. C’est aussi là qu’on trouve la maison et l’atelier du Père Noël. Même qu’on l’a rencontré ! Il ne parlait pas beaucoup et nous a fait payer une blinde pour cette photo, alors je la partage avec vous car elle vaut de l’or (littéralement). Rovaniemi est un endroit très mignon mais c’est avant tout un attrape-touriste grossier et très coûteux. On retrouve cette magie propre à la Laponie dans tout le reste de la région avec des prix raisonnables, Rovaniemi n’est donc pas une adresse à retenir, à mon sens.

Ensuite, direction Saariselkä (à 3h au nord de Rovaniemi) où nous sommes restés 4 jours, logés dans des chalets et là, c’était vraiment magique. De la neige à perte de vue, plus de skieurs que de voitures, des rennes en liberté sur le bord des routes. Un autre monde, vraiment.

Nous avions un guide local dépêché par l’agence de voyage Timetravels pour nous accompagner lors de diverses activités, comme des balades en rennes ou en chiens de traîneau, ou bien du ski de fond dans le parc national. Seul bémol : ces activités étaient assez chères et le piège a été de se dire « Je suis venu(e) jusqu’ici, je peux bien payer juste un peu plus ». Mais à coup de 40€ pour une heure avec les rennes dont 10 minutes de balade, c’est quand même cher payé. A l’inverse, les activités sans Timetravels étaient trois fois moins chères ! On a donc loué des skis pour une après-midi (15€, merci !) et des vélos (25€, la folie) pour la journée et on est parti à l’aventure.

Et quand on n’était ni sur des skis, ni sur des vélos, c’était en luge que nous parcourions la ville. Il n’y avait pas beaucoup de voitures et on les voyait venir de loin, alors les routes nous étaient réservées. Je peux donc dire que j’ai déjà pris un rond-point sur une luge !

Autre particularité du Nord : la nuit. Une nuit noire et profonde comme on n’en voit pas souvent. A Saariselkä en novembre, le soleil est complètement levé vers midi et redescend à 14h. A 15h, il fait nuit noire et on se croirait au milieu de la nuit, ce qui a complètement décalé notre rythme de vie, tout comme le froid (-15°C en moyenne) nous faisait manger trois fois plus que d’habitude – avec des aberrations stylées comme quatre repas par jour dont un deuxième dîner vers 1 heure du matin.

Une autre particularité du Nord : les aurores boréales. Quelle aventure que d’essayer de les apercevoir ! Cela nous aura valu plusieurs soirées entières à attendre dans le froid, à courir en rond pour essayer de se réchauffer, à faire des squats et autres exercices de musculation, à chanter, bref à passer le temps, parce que s’il y a bien une chose dont on doit s’armer pour voir des aurores boréales, c’est de PATIENCE. Elles viennent, elles repartent. Elles sont légères, cachées derrière les nuages, plus blanches que vertes, on croit les voir mais on devient juste parano après un certain temps à scruter le ciel, en vain. Et surtout, le froid… Tous ces efforts ont fini par payer le soir de notre départ, quand, en car, on en a aperçu par la fenêtre. En moins de temps qu’il faut pour le dire, on a tous piaillé en se montant les uns sur les autres pour voir du bon côté du car et le chauffeur a fini par s’arrêter sur le bord de l’autoroute pour qu’on puisse descendre.  On n’y croyait plus et pourtant, elles ont été d’autant plus appréciées qu’on était sur le chemin du retour ! Comme quoi, mieux vaut tard que jamais… 😉

Notre périple a donc pris fin le lendemain matin à notre arrivée à Helsinki. J’y ai passé la journée avec de prendre l’avion pour Oslo et y rester quelques jours.

Mon voyage en Laponie finlandaise a été formidable sur bien des points, mais notamment pour son côté dépaysant et pour toutes les premières expériences que j’ai pu réaliser là-bas. Mais surtout, surtout, parce que je me suis rendue compte que partir seule si loin de la maison était terrifiant, mais que ça en valait largement la peine😉

Je vous laisse avec quelques infos insolites que j’ai glanées ça et là durant mon voyage. Je veux connaître toutes vos réactions ! 🙂

Bisous fruités,

Naïma

Faits marrants
(ça ne va peut-être pas vous faire rire, mais moi ça m’a fait rire)

  • En Laponie, en terme de démographie, il y a environ 2 rennes pour 1 homme.
  • C’est très impoli de demander à un éleveur de rennes combien il en possède. Ce serait comme lui demander combien il a d’argent dans son porte-monnaie.
  • La luge est un moyen habituel de transport.
  • les Finlandais (du moins, les Lapons) ont tous un sauna chez eux à côté de la salle de bain et près de la porte de derrière, de manière à pouvoir facilement passer de la chaleur étouffante du sauna à l’air extérieur glacé. Chacun son délire !

 

Un dernier bonus : quand on a 16 heures de car devant soi pour traverser la Finlande, on finit par regarder la Reine des Neiges. Et la chanson du film, en finlandais, est très particulière. 😛

Previous Post

Default Comments

No Comments

Leave a Reply

Facebook Comments

G+ Comments